Total (TTC): 0,00 €
Catégorie
Vintage High Quality Flight Gear for the Discerning Enthusiasts

Nouveaux produits

Nos Dernières Découvertes
Tous les nouveaux produits
Une anecdote sur la casquette 50 Missions

Une anecdote sur la casquette 50 Missions

Anecdote relatée dans les mémoires de Robin Olds, "FIGHTER PILOT"
Le fameux As Robin Olds, alors Major vient de rentrer d'Europe, la guerre est finie et il a été affecté à Westpoint pour encadrer l'équipe locale de football. Il vient à peine de descendre du C-54 avec son uniforme qui l'a accompagné tout au long de ses missions quand il croise dans l'enceinte de Westpoint un Colonel "old school" avec un uniforme impeccable complété par un baudrier, une coutume d'avant guerre, quand le sabre faisait encore partie de la tenue de service :
-Hé vous ! Stop ! Quel est votre nom ? Vous êtes de service ici ? Quel est votre affectation ? D'où venez-vous ?
-Je m'appelle Olds, sir
-Alors laissez-moi vous expliquer deux ou trois rudiments, nous sommes à Westpoint ici, je ne sais pas d'où vous venez mais cela ne se passe pas comme cela ici.
-Sir ?
-Ce "truc" sur votre tête est la chose la plus répugnante en matière de couvre-chef que j'ai pu avoir le malheur de rencontrer dans ma carrière. C'est une honte absolue. Vous avez besoin d'une coupe de cheveux, votre col de chemise est élimé, il y a des taches sur ce chiffon que vous devez considérer être une cravate, votre veste n'est pas repassée et ce pantalon semble n'avoir jamais passé la porte de l'échoppe d'un teinturier ! Quant à vos souliers, je ne veux même pas essayer d'imaginer où vous avez pu vous les procurer, ils ne sont pas réglementaires et couverts de graisse !
Le Colonel ne semblait que s'être juste un peu échauffé  et Robin Olds attendait la suite. Il reconnaissait qu'il avait raison en tous points. Sa casquette 50 missions était la seule qu'il n'avait jamais possédé, il n'y avait jamais eu de raidisseur à l'intérieur et cela lui avait pris 6 mois de missions de combat pour lui conférer cette patine et cette forme. Quant au reste, la cravate tricot venait de chez Harrods à Londres, ses boots à bride avaient pris une fuite de liquide hydraulique, sa chemise était râpée à force d'être lavée au savon à la base RAF de Wattisham. Pour la veste et le pantalon, trop de projections de carburant aviation et les folles virées nocturnes à Londres en avaient eu raison.
Morale de l'histoire, malgré plus de 20 victoires sur P-38 Lightning et P-51 Mustang ainsi que deux Silver Stars, pour certains, vous n'êtes pas dispensé du règlement.

Leave a Reply