Total (TTC): 0,00 €
Catégorie
Vintage High Quality Flight Gear for the Discerning Enthusiasts

Nouveaux produits

Nos Dernières Découvertes
Tous les nouveaux produits
Les pilotes de chasse ne portent pas de couteau de survie dans la poche de leur combinaison...

Les pilotes de chasse ne portent pas de couteau de survie dans la poche de leur combinaison...

     

Sur les combinaisons de vol et les pantalons anti-G des pilotes de l'US AirForce et US Navy, il existe une poche sur la cuisse gauche prévue pour le port d'un couteau de survie. En fonction du fait que l'on porte ou non un pantalon anti-g, on utilisera la poche de la combinaison ou celle du dit pantalon. Cela peut sembler anodin mais l'histoire suivante relatée dans les mémoires du Colonel Robin Olds nous démontre qu'il en est tout autrement:

"Les missions effectuées de jour comme de nuit au départ de la base d'UBON rendaient indispensable l'ouverture de Club des Officiers 24h/24h., que ce soit le bar ou la salle à manger. Comme personne ne s'était encore rendu compte de mon arrivée à la base, je pensais qu'il en serait de même en me présentant au club à 4h du matin pour le petit-déjeuner. Je portais alors une combinaison de vol qui avait maintenant plusieurs années et ne ressemblait pas à grand chose et que j'avais principalement utilisé lors de mes aller-retours au Pentagone en avion de liaison. Mon apparence ne faisait pas partie de mes préoccupations principales, mon esprit étant plutôt accaparé par l'organisation de la base et de ses hommes.

  Je finis donc mon repas et me présentai à la caisse pour payer ma note. Alors que je faisais la queue derrière deux jeunes Lieutenants, apparemment des co-pilotes de F-4 Phantom* qui venaient d'effectuer une rotation de nuit et qui s'étaient arrêtés au Club pour manger un morceau et boire quelques verres, ces derniers lancèrent un regard vers l'étranger que j'étais tout en susurrant leur désapprobation manifeste à l'égard de ma tenue.

  "Sûrement un éboueur volant sur gros porteur arrivant des Philippines pour remplir son quota mensuel de missions de combat".

  "Ouais, encore un profiteur qui bénéficie des réductions fiscales et des soldes à l'air. C'est pas écrit "Air Defense Command" sur ses patches  ?"

  "Peut-être un intercepteur qui ne sait pas que les pilotes de chasse ne portent pas de patches. Eh, regarde sa jambe, est-ce que ce ne serait pas son couteau de survie. Même les intercepteurs n'ont pas besoin de pantalon anti-G pour courir après les bombardiers". C'est alors que l'un deux se tourna vers moi: "excusez-moi Colonel, vous ne seriez pas un pilote de chasse par hasard?".

  "Et si on en faisait un pilote de chasse ?"  Le plus grand des deux attrapa mon couteau dans la poche de cuisse gauche de ma combinaison de vol, l'ouvrit en deux et l'arracha en un seul mouvement. Avant même que je puisse réagir, l'autre m'attrapa par derrière et me ceintura. "Maintenant on va s'occuper des ses patches."

  Je trouvais un peu déplacé de me faire agresser le jour même de mon arrivée et décidai de résister. Je me retournai, attrapai celui qui était derrière moi et nous roulâmes tous les trois à terre, mes manches et mes patches arrachés. Le directeur du Club se jeta sur le téléphone pour appeler la police de l'air tandis que les autres pilotes s'étaient rassemblés pour observer la rixe.

  Avant que la police arrive, tout était déjà fini et les Lieutenants étaient attablés avec moi occupés à boire des bières pour eux et une tasse de café pour moi. J'expliquai aux policiers qu'il s'agissait d'un simple malentendu et ils quittèrent l'établissement sans demander leur reste. Les Lieutenants me fournirent l'explication de leur comportement: les pilotes de combat ne portent pas de patches et ils ne rangent pas leur couteau de survie dans la poche de cuisse de leur combinaison de vol mais dans celle de leur pantalon Anti-G. N'importe qui ne respectant pas cette règle s'exposait à des représailles, et cela sans distinction de rang ou d'ancienneté. J'aurais tout de même apprécié que l'on m'informa à propos de cette pratique lorsque j'étais à la base de Davis-Monthan. Cet épisode me démontra qu'il y avait un véritable esprit de corps dans cette base, et donc le potentiel suffisant pour le développer dans une plus grande mesure".

* Longtemps dans l'US Air Force les GIB's (guy in the back) du siège arrière des F-4 Phantom étaient des pilotes à part entière contrairement à l'US Navy et l'US Marine Corps où ce rôle était tenu par des R.I.O (Radar Interceptor Officer).

Leave a Reply